Choisir sa discipline

En équitation, comme dans d'autres domaines, il arrive un moment où il faut se spécialiser. Mais ce choix ne doit pas être fait prématurément. Et il ne vous engage pas pour la vie !

Connaître pour choisir

L'orientation d'un cavalier se fait souvent un peu malgré lui, au gré des circonstances : selon le club auquel il est rattaché, les stages qu'il a l'occasion de faire, etc. Il doit donc rester ouvert à toutes les disciplines pour opérer le bon choix le jour venu.
Rester ouvert
Le club dans lequel vous apprenez à monter est certainement orienté vers une certaine équitation. De ce fait, vous êtes influencé par sa philosophie et par ses choix, et vous êtes initié à certaines disciplines plutôt qu'à d'autres.Cela ne doit cependant pas vous inciter à vous fermer aux autres disciplines, bien au contraire. Un jeune cavalier doit impérativement rester ouvert à toutes les équitations. Il y a des choses à apprendre partout. Chaque nouvelle découverte peut vous offrir de nouvelles pratiques ou simplement venir enrichir et affiner votre façon de monter.
En connaissance de cause
Il serait dommage, par exemple, d'opter pour le dressage simplement parce que c'est la discipline pratiquée par votre enseignant, sans connaître les autres possibilités offertes par l'équitation. Dans toute la mesure du possible, profitez des occasions qui vous sont offertes pour faire connaissance avec les autres façons de monter. Si vous avez des amis qui pratiquent la voltige, le horse-ball ou le TREC, allez les voir travailler. Si vous le pouvez, inscrivez-vous à des stages variés. Quand vous êtes en vacances, visitez les clubs des environs. Dès que vous le pouvez, assistez à des compétitions en tous genres, et ne manquez pas les émissions télévisées consacrées à l'équitation.
Ne rien exclure
La lecture est une excellente façon de faire connaissance avec d'autres disciplines. Consultez les ouvrages de bibliothèque, achetez de temps à autre un magazine. Et quand vous tombez sur un chapitre ou un article consacré à une autre équitation, ne tournez pas la page : lisez-le ! Ce n'est qu'ainsi que vous saurez si vous ne passez pas à côté d'un domaine passionnant.Progressivement, vous vous ferez une idée de la discipline qui vous attire le plus et dans laquelle vous souhaitez vous perfectionner. Une discipline n'en exclut pas une autre. Mais, arrivé à un certain niveau, vous devrez faire des choix.
Bon pour le moral
Si vous aimez le cheval avant tout, si vous ne vous destinez pas à la compétition, vous pouvez pratiquer l'équitation de loisir : pour le plaisir, sans vous spécialiser.
Gros plan
L'équitation western repose sur des préceptes assez différents de l'équitation classique. Un même cheval peut difficilement se prêter à ces deux écoles. Le cavalier doit aussi abandonner certaines habitudes pour passer d'une équitation à l'autre.

La spécialisation : parfois inévitable

Il est préférable de retarder autant que possible une spécialisation qui se ferait au détriment des autres disciplines. Mais certains événements vous obligeront à choisir : par exemple la demande d'une licence de compétition ou l'achat d'un cheval.
La compétition
Si vous commencez à sortir régulièrement en compétition, il vous sera de plus en plus difficile d'exercer plusieurs disciplines. Le temps requis pour vous entraîner et vous améliorer en vue des concours ne vous laissera plus guère de loisir. Certains établissements pratiquent à la fois le CSO et le dressage, ou le TREC et la voltige, etc. Néanmoins, il est rare de trouver dans un même lieu un spécialiste de concours complet et un instructeur d'équitation western, ou un grand meneur en attelage et un écuyer de dressage. Choisissez votre écurie en conséquence.
L'achat d'un cheval
De nombreux chevaux sont assez polyvalents pour se prêter gentiment à des concours d'entraînement en dressage, en concours hippique, en concours complet, tout en s'adaptant à la randonnée ou au TREC. Mais, arrivé à un certain niveau, une monture plus spécialisée est souvent indispensable. Certaines disciplines sont compatibles et même complémentaires. D'autres, au contraire, ne peuvent être mélangées. Un cheval mis pour l'équitation western ne conviendra pas dans les épreuves classiques ; en revanche, il sera parfait dans les disciplines d'extérieur. En général, les chevaux de dressage ont des allures peu confortables et peu économiques, pas très indiquées en randonnée. Bref, si vous achetez un cheval, vous devez savoir quelle équitation vous intéresse le plus.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour,
ancien cavalier amateur j'avoue avoir toujours la nostalgie du cheval capable de tout faire. J'ai le souvenir du cavalier de complet Armand Bigot qui dans les années 80 attelait son cheval de CEE Gamin du Bois (on voyait les photos dans cheval magazine). Le bouquin d'Etienne Beudant Extérieur et haute école est également très stimulant. Je conseille également l'ouvrage de Mario Lurashi "traité d'équitation efficace" si précédés qu'il décrit sont souvent à réservé à des personnes d'expérience, il est enrichissant de découvrir tout ce qu'un cheval peut apprendre de différent. Personnellement je trouve dommage et triste que l'on spécialise chevaux et cavaliers si tôt et à ce point.